Les différents visages de la timidité

Bien sûr, nous avons tous à l’esprit l’archétype du timide : son rougissement, son sourire gêné, son regard fuyant et ses mouvements hésitants. Mais la timidité ne se limite pas à ce portrait ; elle peut prendre des formes variées.

Certains timides paraîtront rigides et froids. Sans expression.

D’autres réagiront à leur crainte des autres en développant leur agressivité.

D’autres encore par un excès d’assurance qui tentera de masquer leur fragilité.

Ce petit patron hausse sans cesse la voix sur ses employés. Cette femme ironise sur tout. Ce jeune homme s’habille de cuir et prend des airs cavaliers. Mais ne vous y trompez pas : ils n’ont sans doute pas l’aisance qu’ils affichent.

« L’aplomb insolent n’est que l’apparence de l’assurance. »E. Kant

Retenue, absence, froideur, agitation, hyperactivité, impertinence, rudesse, susceptibilité, agressivité, … la timidité peut revêtir des masques très différents. Ce qui nous fait dire que les timides sont bien plus nombreux qu’on ne le pense.

Or, tous ces masques ne font ni le bonheur de ceux qui les portent, ni la joie de ceux qu’ils côtoient. Le bien-être ne réside ni dans la soumission, ni dans l’agressivité. Ni loup, ni mouton. Le but est d’arriver à être soi, à s’affirmer tel qu’on est, sans hostilité.

« Plutôt passer pour un rustre, une brute ou un goujat que pour quelqu’un de ridicule. Telle est souvent la maxime – pas toujours lucide – par laquelle le timide échappe à l’intimidation. »B. Jolibert

Les effets physiques et comportementaux de la timidité, eux aussi, sont variés : évitement du regard, rougissement, agitation, mutisme, bégaiement, tachycardie, palpitations, sueur, tremblements, souffle coupé, engourdissement, tension musculaire, fatigue,… Chaque timide sera atteint différemment.

Certains sont beaucoup plus irrésolus que timides ; d’autres, beaucoup plus timides qu’irrésolus.

Certains ont peur du jugement et des réactions des autres. Tandis que d’autres ont surtout peur d’eux-mêmes et de leurs propres réactions.

Certains affichent une timidité visible, mais ne sont pas si fragiles qu’ils en ont l’air. D’autres ne laissent pas paraître leur malaise, pourtant bien réel.

Certains sont globalement timides, marquant un malaise dans la plupart des situations sociales. D’autres seront timides dans certaines situations spécifiques : parler d’argent, parler de sexe, prendre la parole en public, rencontrer une personne de haut rang, dévoiler son intimité,…

D’un timide à l’autre, le degré d’anxiété sociale est variable, de même que les situations qui provoquent l’intimidation.

Lisez nos autres articles :

Ou consultez le sommaire de ce dossier.

Commentaire(s)

  1. Grâce à vos explications, je crois savoir pourquoi au moment de parler en classe, je tremble, mon rythme cardiaque augmente, je sens de la sueur. Suis-je timide donc? Si oui, comment en sortir rapidement?

    Commentaire by paul xavier — 12 mars 2015 @ 9:30

  2. Bonjour Paul-Xavier.

    Tout d’abord, notez que je ne suis ni psychiatre, ni psychologue habilité à vous conseiller officiellement.

    Parler en public reste une peur extrêmement répandue. Il est normal que vous ayez un stress momentané au moment de prendre la parole en classe.

    Réfléchissez : Qu’est-ce qui vous fait peur exactement ? Perdre contrôle ? Subir le regard des autres ? Dire une bêtise ? Avez-vous déjà vécu une situation traumatisante à l’école ou lors d’une prise de parole en public ? Tant d’explications possibles.

    Un petit conseil : n’hésitez pas à prendre la parole malgré votre peur, si c’est possible pour vous… car le meilleur antidote, c’est se jeter à l’eau et en prendre l’habitude de s’exposer. L’habitude diminue considérablement la peur.

    Bonne continuation,

    Jean-Marc.

    Commentaire by Jean-Marc Hardy — 18 mars 2015 @ 3:26

  3. Je suis dans la case des timides qui montrent qu’ils ont peur. Je parle peu, je n’arrive à m’ouvrir qu’à ma sœur même pas aux autres membres de ma famille. Quand quelqu’un dit quelque chose de positif sur moi je souris bêtement et ça m’arrive de rougir, surtout quand un garçon me parle. Je n’aime pas faire des choix et quand je suis obligée d’en faire un, j’essaie de l’éviter. En fait, je crois que quand j’aime bien une personne… Non imaginons que quelqu’un vous demande de sortir avec et que vous connaissez cette personne depuis 2 ou 3 mois, c’est la première fois en plus que ça vous arrive mais vous êtes tellement timide (la personne qui ne sait pas quoi dire) que vous vous sentez perdue, qu’est-ce que vous feriez sachant que vous ne savez pas ce que vous ressentez pour cette personne ? Je crois que je m’éloigne du sujet mais le fait est que je suis tellement timide que je ne sais jamais quoi faire dans à peu près toutes les situations.

    Commentaire by Ludivine — 7 novembre 2015 @ 2:32

RSS feed for comments on this post.

Leave a comment

À télécharger gratuitement

Téléchargez notre kit de survie (PDF)

7 techniques originales pour mieux surmonter vos crises de timidité !

Notre newsletter