Une psychothérapie peut-elle m’aider ?


Il n’est pas facile d’avouer ses faiblesses. Notre amour propre ou notre éducation nous dictent de rester stoïques. Pour un timide en particulier, demander conseil ou prendre la décision de se faire aider n’est pas une démarche aisée. Résultat : de nombreuses personnes consultent un peu tard, lorsque la situation est déjà bien enlisée, les réflexes d’évitement, bien ancrés, et les pensées angoissantes, abondamment nourries.

Il ne faut ni dramatiser le recours à un psy, ni se jeter aveuglément dans ses bras. Un professionnel du développement personnel pourra véritablement vous aider à rebâtir votre confiance. Il n’est pas forcément nécessaire de rester des années allongé sur un divan. Quelques séances suffiront, dans certains cas, à débloquer une situation.

Sur le site Doctissimo, vous trouverez un dossier intitulé « Choisir son psy ». Ce dossier vous aidera à faire le tri entre différents titres (psychologue, psychiatre, psychotérapeute,…) et différentes approches thérapeutiques, mais aussi à détecter et éviter certains abus dans un domaine qui compte malheureusement quelques charlatans.

Les approches cognitives et comportementales ont prouvé leur efficacité dans le traitement de la timidité

Plusieurs études semblent démontrer que les thérapies cognitives et comportementales sont particulièrement efficaces pour combattre les phobies sociales ou la timidité enracinée. Ces thérapies se situent volontairement dans le « ici et maintenant ». Elles visent des objectifs concrets et mesurables, explicités dès le départ dans le « contrat thérapeutique » établi de commun accord entre le psychotérapeute et son patient. Ces approches ont une durée limitée dans le temps (quelques semaines ou quelques mois ; entre 3 et 30 séances).

« Des études contrôlées montrent que les thérapies assertives améliorent significativement les patients souffrant de phobie sociale. A court et long terme. (Heimberg et coll., 1986 ; Lucok et Salkovskis, 1988 ; Mattick et coll., 1989) »Gisèle George

Les thérapies cognitives et comportementales ne visent pas à modifier en profondeur l’ensemble d’une personnalité à travers une cure longue et contraignante. Elles ont pour but de modifier un comportement qui gâche la vie de la personne.

Certains ardents défenseurs de la psychanalyse argumenteront qu’on ne peut guérir une personne sans remonter à la source de son angoisse. Ou qu’en supprimant une angoisse, on ne fait en réalité que la déplacer, sans chercher à comprendre ce que cette angoisse veut nous « dire ». Leurs opposants rétorqueront que, contrairement aux thérapies cognitives et comportementales, la psychanalyse n’a pas réussi a prouvé de manière scientifique ses bienfaits envers les personnes souffrant de phobie sociale. Une chose est sûre, c’est que pour les timides qui, par définition, ont une propension à ressasser les problèmes et une difficulté à entrer dans l’action, le repli analytique n’est pas forcément l’approche la plus judicieuse. Certes, l’exploration de l’inconscient peut aider à débloquer certains noeuds. Mais l’aisance sociale ne se construit pas sur un divan. La compréhension du passé, les comportements au présent et les projections au futur méritent, selon moi, une part d’attention équilibrée.

Les ingrédients et les variantes d’une thérapie contre la timidité

Les psychotérapeutes qui s’attaquent à la phobie sociale s’appuieront sur un arsenal de mesures complémentaires :

Si vous décidez d’entamer un travail pour vous-même, sans faire appel nécessairement à un professionnel, nous vous conseillons d’utiliser ces mêmes leviers.

Une thérapie n’est pas forcément individuelle. Les thérapies de groupe ont un intérêt tout particulier dans les cas de phobies sociales. Les professionnels qui les ont pratiquées en sont généralement très satisfaits. Les thérapies de groupe permettent de :

  • profiter de regards extérieurs ;
  • s’encourager mutuellement ;
  • effectuer des jeux de rôles ;
  • ne pas éterniser la thérapie (à durée généralement limitée) ;
  • faire preuve d’empathie ;
  • réaliser qu’on n’est pas le seul à souffrir du problème ;
  • imiter ceux qui s’en sortent ;
  • porter son attention sur l’autre (chose que les timides ont du mal à faire naturellement).

D’autres thérapies existent, dont les variantes se multiplient : hypnose, autohypnose, autosuggestion graphique, visualisations, luminothérapie, psychogénéalogie, psychochirurgie,… Autant le dire tout de suite, certaines ont moins bonne presse. Mais il est bon de se rappeler que la psychologie ou la neurologie sont des sciences fort récentes, que leur champ d’exploration est encore infini et que les écrits du Docteur Freud ne constituent certainement pas un point d’arrêt.

D’autres approches, comme la sophrologie, s’intéressent davantage à la dimension corporelle, très présente dans la timidité. Inspirée des techniques orientales de méditation, du yoga et de la relaxation occidentale, la sophrologie développe la conscience de façon à harmoniser le corps et l’esprit, en chassant peurs, angoisses et tensions, notamment la peur des autres. Certaines personnes peuvent estimer avoir progressé sur le plan psychologique mais continuer de sentir tout une série de bloquages sur le plan physique : les épaules rentrées, le regard fuyant, les mains qui transpirent, les joues qui tremblent, la respiration qui s’emballe. La sophrologie peut aider à prendre conscience de ces bloquages et à les dénouer.

Chers lecteurs, vos témoignages sincères à propos des bienfaits ou méfaits de l’une ou l’autre forme de thérapie en matière de phobie sociale nous intéressent. N’hésitez pas à nous écrire.

Pour en savoir plus

ANDRÉ Christophe, La timidité, Que sais-je ?, Presses Universitaires de France, Paris, 1997, pp. 90-94.

GEORGE Gisèle et VÉRA Luis, Soigner la timidité chez l’enfant et l’adolescent – Approche comportementale et cognitive, DUNOD, Paris, 1999.

MACQUERON Gérard et ROY Stéphane, La timidité — Comment la surmonter, Odile Jacob, Paris, 2004, pp. 95-98 ; 241-244.

Lisez nos autres articles :

 

Abonnez-vous à la newsletter !

Commentaires des lecteurs

  • Maynaud Ghuilaine dit :

    Je suis timide moi-même et je voudrais en guérir.
    Répondre

  • Bonjour Bastien,

    Voici deux ou trois éléments de réponse.

    1. De très nombreux adolescents de cet âge sont en retrait. A tel point qu’on pourrait presque dire que c’est normal à cet âge d’avoir besoin d’être dans son monde. A-t-il des amis ?
    2. On peut être introverti dans certaines phases de notre vie, et pas forcément ressentir de la timidité.
    3. Toutefois, nous comprenons votre préoccupation… ce que vous pouvez faire, vu son âge, c’est lui ouvrir la porte, mais sans lui imposer la démarche… du genre : « Si un jour, pour une raison ou une autre, tu ressens le besoin de te faire accompagner dans tes peurs ou ta confiance ou quoi que ce soit d’autre, sache que les psychologues sont là pour cela et qu’ils peuvent nous aider à progresser et nous sentir bien… si un jour tu souhaites faire cette démarche, sans nous ou avec nous, sache que nous te soutenons… Tu nous dit que tu vas bien, mais nous nous inquiétons, peut-être à tort, mais sache que nous sommes là si tu veux bénéficier d’un soutien extérieur ».

    Bon courage à vous, parents. L’adolescence est une phase parfois vraiment difficile à traverser. N’hésitez pas à revenir vers nous si vous avez d’autres éléments à partager.
    Répondre

  • Bastien dit :

    Bonjour. Je viens vers vous pour mon fils de 15 ans qui est extrêmement timide. Avec ses parents tout se passe bien mais dès qu il est en société même avec la famille il ne parle pas. On voit qu il est plus que mal à l aise mais il nous dit que non il n est pas timide. Il ne sort pas. Il reste à la maison. Je ne sais pas quoi faire parce qu il ne veut même pas voir un psy. Pour lui tout va bien. Que puis-je faire ? Merci de votre aide.
    Répondre

  • Violette dit :

    Je suis naturellement trop timide en société, j’ai 17 ans et je n’ai jamais pu vaincre ma timidité. Et le pire, c’est que à la maison je suis extrêmement à l’aise mais dès que je sors, je me bloque à la vue du public. Au début, les nouveaux te parlent, mais ensuite ils t’abandonnent juste parce que tu es timide et ils sont franchement méchants. Ils n’essaient même pas de t’aider. Ils t’ignorent complètement.
    Répondre

    • @ Violette : C’est vrai qu’il peut être très difficile de vivre le fait que lorsque vous êtes timide, plutôt que de faire un effort pour vous inclure, les autres ont plutôt tendance à vous ignorer. Vous ressentez cela comme de la méchanceté, et c’est vrai que les autres ne sont pas toujours très empathiques, mais le plus efficace reste d’essayer de changer à votre niveau, sans dépendre des autres. Par exemple, avez-vous pensé à des attitudes qui pourraient vous donner davantage de présence auprès des autres ? Qu’est-ce qui vous vient spontanément à l’esprit ?
      Répondre

  • Daghi dit :

    Vraiment très intéressant, bénéfique et pratique. Merci.
    Répondre

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je désire m'abonner à vos publications

À ne pas manquer !

Le kit de survie du timide

7 techniques originales et efficaces pour vaincre votre timidité !

Les meilleurs livres sur la timidité

Les meilleurs livres sur la timidité

Abonnez-vous à notre newsletter !




Soyez alertés des derniers livres, extraits de films et outils pour vaincre la timidité!